la prise en charge de l'épilepsie

Publié le par AFE - association française pour les épilepsies

La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Dans chapitre : + « Pourquoi ce guide ? » Il est fait référence au guide de l’Assurance Maladie « la prise en charge de votre affection de longue durée », mais ce guide n’est envoyé que depuis très peu de temps et uniquement par certaines caisses du Régime Général , mais ne concerne pas les assurés des autres régimes ( MSA, SNCF … ) Par contre votre médecin traitant (avec lequel vous avez établi un contrat lors de la déclaration de choix du médecin traitant ) doit vous remettre, lorsqu’il l’aura reçu après accord du médecin conseil, le feuillet N° 3 du formulaire de protocole de soins ( qu’il a établi lors de la demande d’ALD) Ce feuillet, sur lequel il n’y a pas d’obligation d’inscrire la maladie en cause, est à bien conserver car il permet de connaître , par tous (patient, médecin traitant, médecin remplaçant ou médecin consulté hors résidence habituelle , médecins spécialistes, paramédicaux …. ) , les médications relevant de la prise en charge à 100 % et devant être inscrit sur la moitié supérieure de l’ordonnance bizone les suivis biologiques , recours à des spécialistes et des professionnels de santé paramédicaux prévus et pris en charge à 100 % les prescriptions cochées sur ce formulaire par le médecin conseil : X , ou les autres prescriptions éventuelles n’y figurant pas, n’étant pas prise ne charge à 100 % et étant de ce fait inscrites sur la moitié inférieure de l’ordonnance bizone . Enfin, ce feuillet permet de connaître la date jusqu’à laquelle la prise en charge à 100 % est valable, date avant laquelle, si vous ne voulez pas perdre vos droits, il conviendra d’en refaire la demande par la rédaction d’un nouveau « Protocole de soins » par le médecin traitant. ……. + « Les traitements contre l’épilepsie » et « suivi de l’épilepsie » il est important d’insister sur 2 points : --- en plus des interactions médicamenteuses la possibilité de diminution du seuil épileptogène, avec risque de réapparition de crises, avec certains médicaments, dont certains dits « de confort » en vente libre dans les pharmacies ( ex. ceux contenant de la pseudo-éphédrine …..) --- le recours systématique au neurologue ou simple avis de celui-ci , pour tout changement dans le traitement anti-épileptique, lors de la survenue d’autre pathologie un peu sévère, avant anesthésie ou de situation plus physiologique comme la grossesse.

Publié dans santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article