rappel a tous : la natation est dangereuse pour les épileptiques en cas de crise

Publié le par AFE - association française pour les épilepsies

ceci est un fait divers qui a eu lieu au québec. mais il rappelle bien les dangers de la vie d'un épileptique. il ne faut pas nager seul, il faut partager ses activités quelles qu'elles soient. bonne lecture

LES DANGERS ACCRUS DE NOYADE CHEZ LES PERSONNES EPILEPTIQUES
 QUÉBEC, le 21 mai /CNW Telbec/ - Le Bureau du coroner annonce le dépôt du rapport du coroner, Dr Jean-François Dorval, à la suite de l'investigation tenue pour éclaircir les causes et les circonstances du décès de Mme Vanessa Bérubé-Roy, survenu le 5 décembre 2008 à Amqui. Mme Bérubé-Roy est décédée à la suite d'une asphyxie par noyade, ayant eu une crise d'épilepsie dans son bain. Le rappel des faits Mme Bérubé-Roy est diagnostiquée épileptique depuis l'âge de 13 ans. Elle a été mise sous médication anticonvulsive à l'âge de 15 ans, puis, considérant que la médication était peu efficace, elle en cesse l'usage à 18 ans. Mme Bérubé-Roy a des crises convulsives généralisées environ une fois par semaine. Ces crises sont surtout nocturnes. Habituellement, elle perçoit une aura avant le début de ses crises convulsives, ce qui l'avertit des événements à venir. Le matin du 5 décembre, le conjoint de Mme Bérubé-Roy quitte sa résidence alors que cette dernière dort toujours. En fin d'après-midi, il essaie sans succès de joindre Mme Bérubé-Roy par téléphone. Devant l'absence de réponse, il retourne à sa résidence et il la trouve allongée dans son bain, immergée sous l'eau. Il communique immédiatement avec les services d'urgence. Mme Bérubé-Roy est conduite à l'urgence du Centre de santé et de services sociaux de la Matapédia où son décès est constaté. A la suite de son investigation, le coroner, Dr Dorval, conclut que Mme Bérubé-Roy a pris son bain le matin du 5 décembre 2008. Elle a par la suite fait une crise convulsive alors qu'elle était seule à la maison. Ainsi, elle est décédée dans son bain par asphyxie lors d'une noyade. Risques accrus de noyade chez les personnes épileptiques Mme Bérubé-Roy avait une épilepsie de type complexe, soit une épilepsie avec un début focal et une généralisation associée à une perte de conscience. Elle avait été avisée du risque de prendre un bain avec son problème d'épilepsie, mais elle préférait prendre ce risque. Elle avait une aura, soit des symptômes au début de ses crises avant la perte de conscience, qui lui annonçait la crise convulsive et qui lui laissait quelques secondes pour s'adapter. A quelques reprises, elle avait eu une aura qui lui avait laissé le temps nécessaire pour sortir de son bain avant le début de sa crise. Par contre, une crise d'épilepsie n'est pas précédée en tout temps d'une aura, ce qui ne laisse pas toujours le temps à la personne de s'ajuster. Selon les statistiques connues par le Bureau du coroner du Québec de 2000 à 2007, il y a eu 16 noyades accidentelles dans un bain, associées à une crise convulsive d'épilepsie. De plus, les personnes diagnostiquées épileptiques ont deux à trois fois plus de risque de mortalité que la population générale. Le risque de décès par noyade chez les personnes épileptiques est de 15 à 19 fois plus élevé en comparaison de la population en général. D'ailleurs, une étude, qui a été effectuée en Alberta, entre 1981 et 1990, par le Bureau du coroner, avait démontré que 27 décès étaient directement reliés à des crises convulsives associées à une noyade. Dans 60% de ces décès, la victime prenait un bain. Les autres cas étaient associés à des décès dans des piscines, des rivières ou des jacuzzis. Le coroner, Dr Dorval, a vérifié la présence de médicaments anticonvulsivants auprès des victimes de noyade associée à un diagnostic d'épilepsie au cours des dernières années au Québec et dans 90% des cas, il y avait absence de prise de médication ou le niveau de cette médication était sous-thérapeutique. Selon la révision des recommandations émises au niveau médical concernant le risque de décès par noyade associée à une crise convulsive, il est clairement recommandé de suggérer aux personnes ayant un diagnostic d'épilepsie de faire le choix d'une douche à la place d'un bain. Le coroner est également d'avis que les patients devraient être sensibilisés à l'importance majeure de la prise de la médication afin d'avoir un contrôle adéquat de leurs crises convulsives. << ANNEXE RECOMMANDATIONS Dans un but de protection de la vie humaine et afin d'éviter des décès semblables dans le futur, le coroner, Dr Jean-François Dorval, a formulé les recommandations suivantes: AU COLLEGE DES MEDECINS DU QUÉBEC : - D'informer les médecins du risque de décès d'asphyxie par noyade lorsqu'une personne, avec un diagnostic d'épilepsie, prend un bain plutôt qu'une douche, afin que ces médecins puissent sensibiliser leurs patients et leur suggérer d'éviter ce risque inutile. A L'ASSOCIATION QUÉBECOISE DE L'EPILEPSIE ET A EPILEPSIE CANADA : - De sensibiliser les patients présentant un diagnostic d'épilepsie du risque d'asphyxie par noyade et de décès, lorsqu'un bain est pris à la place d'une douche. - De sensibiliser les patients présentant de l'épilepsie de l'importance d'une prise régulière et adéquate de leur médication anticonvulsive. 

Publié dans sport

Commenter cet article